Catégories
Non classé

Blech -II- Mendelssohn avec Fritz Kreisler

1-3 Concerto pour violon et orchestre Op.64 – Staatskapelle Berlin 9&10 décembre 1926

4 Die Hebriden, Ouvertüre, Opus 26 – Berliner Philharmoniker (BPO) – 5 avril 1932

___________

London Symphony Orchestra (LSO):

5 Meeresstille und glückliche Fahrt, Opus 27 – Kingsway Hall 28 octobre 1931

6 Symphonie n°4, Opus 90 : IV. Saltarello: Presto – Kingsway Hall 27 octobre 1931

7 Lieder ohne Worte, Opus 62 n°6 & Opus 67 n°4 – Queen’s Hall 29 octobre 1931

___________

1-5 33t. Melodiya; 6-7 33t. Past Masters

Le violoniste Fritz Kreisler (1875-1962) a gravé beaucoup de disques, mais ses enregistrements les plus importants ont été réalisés dans les années vingt avec les Concerti de Beethoven, Brahms et Mendelssohn sous la direction de Leo Blech, et des Sonates de Schubert, Beethoven et Grieg avec Sergeï Rachmaninov au piano.

Le premier en date de ces enregistrements est le Concerto de Mendelssohn capté les 9 et 10 décembre 1926 à la Singakademie de Berlin avec la Staaskapelle de Berlin (l’Orchestre du Staatsoper). La qualité de la prise de son est vraiment étonnante, surtout en ce qui concerne le violon, tant du point de vue du timbre que de l’ampleur sonore. A l’époque, il jouait sur un Stradivarius de 1733 qui a été son instrument de 1908 à 1934, date à laquelle il fut acheté par Bronislaw Huberman, et il le remplaça par un autre « Strad », le « Lord Amherst of Hackney » de 1734 qu’il conservera jusqu’en 1946.

Dans le Concerto, Kreisler bénéficie du soutien orchestral apporté par Leo Blech que les autres enregistrements montrent comme un mendelssohnien hors pair. Dans les deux Ouvertures, il arrive à rendre aussi bien la légèreté et la fluidité du discours que sa tension dramatique. Le Final de la Symphonie « Italienne » est enfin un vrai Saltarello, joyeux et dansant d’un bout à l’autre. Quel dommage que l’on n’ait pas les trois autres mouvements!

Violonist Fritz Kreisler (1875-1962) has cut many discs, but his most important recordings have been made during the 20s with Concerti by Beethoven, Brahms and Mendelssohn conducted by Leo Blech, and Sonatas by Schubert, Beethoven and Grieg with Sergeï Rachmaninov at the piano.

The earliest of these recordings is Mendelssohn’s Concerto recorded on 9 and 10 December 1926 at the Singakademie of Berlin with the Staaskapelle Berlin (the Orchestra of the Staatsoper). The recorded sound is truly astonishing, especially for the violin, for both timbre and volume. He was then playing on a 1733 Stradivarius which was his instrument from 1908 to 1934, when it was bought by Bronislaw Huberman, and he replaced it by another « Strad », the 1934 « Lord Amherst of Hackney » he kept until 1946.

In the Concerto, Kreisler benefits from the orchestral support brought by Leo Blech whom the other recordings display as an outstanding Mendelssohn conductor. In both Overtures, he succeeds in rendering the lightness and the fluidity of the musical speech as well as its dramatic tension. The Final of the « Italian » Symphony is for one a true Saltarello, playful and dancing from beginning to end. What a pity he did not record the other three movements!

Les liens de téléchargement sont dans le premier commentaire. The download links are in the first comment.

2 réponses sur « Blech -II- Mendelssohn avec Fritz Kreisler »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.