Catégories
Non classé

Mogens Wöldike – Haydn Symphonies n° 100 « Militaire » & 101 « L’ Horloge »

Orchester der Wiener Staatsoper (Volksoper)

Enregistré à la Brahms-Saal du Wiener Musikverein en juin 1956

English translation (downloadable pdf file): click here

Le chef d’orchestre, chef de chœur et organiste danois Mogens Wöldike (1897-1988) était un interprète renommé des Symphonies de Haydn, dont il a enregistré un certain nombre de symphonies à Copenhague et à Vienne. Parmi ses enregistrements remarquables on notera l’Oratorio « Die Schöpfung » (La Création) de Haydn, des œuvres de Bach (Cantates, Matthäus-Passion), mais aussi les symphonies de Nielsen.

L’évolution du style d’interprétation des œuvres de Bach et de Haydn et les aléas de l’édition discographique ont eu pour effet qu’il est actuellement retombé dans un oubli relatif, alors même que, pour Haydn, il a été un des pionniers d’une approche musicologique, grâce notamment à sa coopération avec H.C Robbins Landon pour cette série d’enregistrements viennois, réalisés en 1956, des symphonies n° 99 à 104, pour la première fois à partir des partitions manuscrites du compositeur.

Dans ses notes pour l’édition microsillon de ces deux symphonies, Robbins Landon écrivait:

« Les éditions utilisées dans ces enregistrements sont les manuscrits de Haydn, qui n’ont jamais été utilisés, sauf à de rares exceptions, pour enregistrer ces symphonies. Les différences entre les vieilles partitions admises par l’usage et les originaux de Haydn sont dans bien des cas fondamentales. Des exemples dans les œuvres sur ce disque sont les parties de percussion de l’Allegretto de la « Militaire », qui sont différentes, y compris un délectable solo de triangle, et il y a d’importantes différences dans les indications de dynamique dans l’introduction de la même œuvre ».

Un autre intérêt de ces enregistrements est la musicalité de la prise de son , grâce au choix fait par l’éditeur Vanguard d’utiliser les désormais légendaires microphones électrostatiques C-12 de la firme autrichienne AKG (Akustische und Kino-Geräte GmbH) conçus par Konrad Wolf et mis sur le marché en 1953. La linéarité de leur courbe de réponse et leur son à la fois naturel et chaleureux en ont fait le succès, au point qu’ils ont été produits à 2500 exemplaires et ont fait l’objet d’une « ré-édition » en 1994 sous la référence C12-VR (« Vintage Revival »).

Les liens de téléchargement sont dans le premier commentaire. The download links are in the first comment.

Catégories
Non classé

Cantelli – II – Haydn & Mozart

Haydn Symphonies n° 88 (Carnegie Hall NBC SO Dec 20, 1952)

et n°93 (Boston Symphony Hall BSO Jan, 31, 1953)

Mozart Symphonie n°29 K 201 (Carnegie Hall NBC SO Dec 13, 1952)

English translation (downloadable pdf file): click here

Guido Cantelli (1920-1956) n’a pas beaucoup joué Haydn, et son répertoire est resté limité à quelques symphonies, à savoir les n° 88, 93 et 94. Il a aussi dirigé une fois avec le NYPO (29 janvier 1955) le concerto pour violoncelle en ré majeur avec Lazlo Varga.

Il tenait particulièrement à la 93ème qu’il a donnée avec presque tous les orchestres qu’il a connus: NYPO, NBC SO, BSO, Pittsburgh SO, San Francisco SO, Chicago SO, Orch. del Teatro alla Scala, Philharmonia Orch. Il a choisi cette œuvre pour son premier enregistrement (NBC SO 2 mars 1949).

Pour sa première apparition à Boston (30&31 janvier 1953), Cantelli avait placé la symphonie n°93 de Haydn au début de son programme, avant Jeux de Cartes de Stravinsky, l’Ouverture de Sémiramis de Rossini et la 5ème de Tchaïkovski.

La 88ème ouvrait le concert du 20 décembre 1952 avec le NBC SO, avant Jeu de Cartes de Stravinski et le Boléro de Ravel.

La 29ème était la seule symphonie de Mozart qu’il jouait régulièrement. Il a donné la 38ème une fois à Venise (Teatro La Fenice 9 avril 1948). Il a également dirigé  le Divertimento K. 287, le Musikalischer Spass K.522, le Requiem K. 626 et aussi deux concerti, avec le NYPO: n°20 K 466 avec Serkin; n° 21 K 467 avec Gieseking. Le n°23 K 488 avec Casadesus et le n°24 K 491 avec Firkusny étaient programmés avec le NYPO pour décembre 1956. C’est Paul Paray qui dirigea le concerto n°23, et Leonard Bernstein, le n°24.

Les seize représentations de Cosi fan Tutte avec la Piccola Scala (Milan et Johannesburg) sont restées mémorables.

La 29ème symphonie ouvrait le programme du 13 décembre 1952 avec le NBC SO, avant la Musique pour cordes percussions et célesta de Bartók.

L’interprétation de ces trois œuvres est jeune et dynamique, et plutôt moderne pour l’époque. Si l’influence de Toscanini reste sensible, elles nous montrent un Cantelli qui s’est émancipé de son mentor.

Elles sont une invitation à un petit voyage musical entre New-York et Boston:

Les liens de téléchargement sont dans le premier commentaire. The download links are in the first comment.